Paradis persans ou l'art de la miniature persane


Nous sommes un collectif de peintres miniaturistes, élèves du grand maître en miniature persane, Abbas Moayeri. Pour étendre notre étude de cet art unique, nous avons aussi pu approfondir les spécificités de la miniature indienne auprès du peintre Mahaveer Swami, brillant miniaturiste, descendant d’une famille de peintres traditionnels de Bikaner. Influencées par les arts de l’Asie d’une manière globale, nous avons par ailleurs cherché à connaître d’autres techniques, de l’utilisation des couleurs et des pigments dans la peinture indienne à l’art des nœuds coréens (maedup) comme objets de parure ou encore à l’étude de la forme humaine ou animale dans la sculpture asiatique. Nous présentons ici une sélection de nos travaux, régulièrement renouvelée, tout en mettant à l’honneur nos maîtres référents et en signalant leurs expositions. 

                            Le collectif: Hélène Barrieu, Claudine Gillot, Ariane Mercier, Moni Padioleau 

 Miniature persane

مینیاتور فارسی 

Capture de chevaux par Moni Padioleau


Scène champêtre par Hélène Barrieu

Shahnameh de Firdoussi - Zal et le simorgh
  par Claudine Gillot

 





Les artistes occidentaux ont découvert la miniature persane au début du XXe siècle, à la suite notamment d’expositions d’art persan à Munich en 1910, Paris en 1912 et Londres en 1931.
   Dès le XIe siècle, en Perse, les miniatures mettaient en scène des héros de la littérature épique et de la poésie. La miniature persane connaîtra un tournant avec l'invasion des mongols et sous la période timouride (XIIe et XVIe siècles). L’influence chinoise se retrouvera notamment dans le dessin et les matériaux. Ces peintures étaient d’abord conçues pour illustrer des textes ; elles se feront aussi sur des feuilles séparées à partir du XVIe siècle.
   La miniature persane offre une vision paradisiaque qui se matérialise dans le jardin, agrémenté d’arbres - qui peuvent faire coexister les saisons, l’automne et le printemps - de fontaines, de rivières argentées, de montagnes aux couleurs chatoyantes, de ciels d’or. Toute la beauté de la miniature persane réside dans ses couleurs somptueuses et l’abondance de détails finement élaborés.
   De la symbiose entre les styles persan et indien naîtra l'école moghole au XVIe siècle. Humayun, le fils de Babur (fondateur de la dynastie moghole) découvrira en effet les enluminures et miniatures persanes à la cour des safavides en Perse (1501-1736). Il choisira deux jeunes peintres persans qui le suivront en Inde et qui introduiront à la Cour le goût des enluminures de manuscrits. Leur rôle sera vital dans l’évolution du style des miniatures indiennes.

   Aujourd’hui, cet art traditionnel de la miniature persane est enseigné en France, et nous avons la chance de faire partie des nombreux élèves du grand miniaturiste Abbas Moayeri, né en Iran. Il fut le successeur du célèbre Maître Behzâd - dont il a été aussi l’élève - à l’Ecole des Beaux-Arts de Téhéran où il a enseigné la miniature persane entre 1967 et 1970. Hormis ses somptueuses miniatures traditionnelles très prisées des collectionneurs, Abbas Moayeri, peintre et sculpteur "s’est par ailleurs livré à une recherche picturale, expérimentant une voie originale de création nourrie de siècles d’art persan et traduite par une technique occidentale qui permet au profane non-iranien d’entrer dans la symbolique transfigurée d’un monde merveilleux de légende, de poésie et de sagesse ancienne". Sa carrière est marquée par de nombreuses distinctions, prix et participations actives dans de grandes expositions internationales.
 

 

Arts traditionnels

Maedup : collier chrysanthème en étoile
par Claudine Gillot

 


Apsara par Hélène Barrieu

Tous droits réservés
www.paradispersans.fr