Le nœud coréen ou Maedup 한국 매듭


Alliance entre le noeud coréen et la miniature persane
par Claudine Gillot


                                     

                      Norigae Iznik par Claudine Gillot

Les premières traces de nœud coréen ou maedup dateraient de l’époque des « trois royaumes » entre le 1er siècle av. n.e et le VIIe siècle. Cette tradition typiquement coréenne est héritée de la Chine ancienne et renvoie à la culture du fil, elle-même liée à une certaine philosophie de vie des Coréens.

Des représentations picturales témoignent de l’usage de cordons noués dans l’habillement et les objets cérémoniels. Ils étaient d’abord un symbole d’autorité royale et de luxe. Ensuite, les noeuds se sont répandus à toutes les couches de la société coréenne pour la décoration des vêtements et objets familiers (bourses, éventails, instruments de musique...), ainsi que de l’intérieur des maisons. Le maedup a trouvé place également dans le domaine religieux à travers des ornements bouddhiques. Aujourd’hui encore, les nœuds ornent les vêtements traditionnels et les coréens les offrent comme porte-bonheur, comme les norigae par exemple.

Comme jadis, le maedup se réalise toujours uniquement avec les doigts. Les différents nœuds – on en compte une quarantaine – portent pour la plupart des noms évoquant la nature et la vie quotidienne : lotus, gingembre, papillon, bague, lunette, libellule, fraise, chrysanthème, prunier, poussin...

Pour Kim Sang-Lan,  artiste coréenne formée au design et à l’art du textile en Corée du Sud - qui enseigne à Paris - le travail du nœud coréen représente la vie et les relations humaines qui se font et se défont. Par son expérience et son art, elle explique aussi que le maedup reflète tant l’esprit coréen que l’identité de la Corée, et que la recherche d’une harmonie pourrait en être le point central.
Musée Guimet, Paris, atelier noeuds coréens

Claudine Gillot travaille l’art du maedup avec Kim Sang-Lan depuis plusieurs années. Elle a aussi participé à l’exposition collective « Kim Sang-Lan et ses élèves » organisée en 2012 par le Centre Culturel Coréen de Paris. Celle-ci confirmait combien cet art traditionnel pouvait à la fois se perpétuer et trouver d'autres formes d'expression dans le monde actuel.

Le maedup a été élevé au rang d’art et est considéré comme un "trésor culturel" par la Corée.

 


Norigae papillon géant


Norigae papillon géant, plumes
 


Norigae papillon géant, plumes


Norigae chrysantheme

boucles d'oreilles prunier perlé
Boucles d'oreilles pruniers perlés


Boucles d'oreilles gingembres, coeur croisé

 


Boucles d'oreilles prunier perle Murano


Boucles d'oreilles papillon chinois

 


Broche star


Collier chrystanthème en étoile


Broche rosace jade


Norigae sur pochette organza

 


Norigaes coussins de soie


Norigae papillon chinois
disque de jade


Norigae chrysantheme et gingembres
bleu lagon soie


Norigae chrysanthème et médaillon de nacre


Norigae bouddha


Norigae poussin
médaillon brodé chinois


Porte-clés - noeud éventail


Norigae-lyre
Juillet 2020

 

 

Pour toute demande concernant les travaux de maedup
de Claudine Gillot, vous pouvez vous adresser directement à

claudinegillot@orange.fr